Descendons dans la Vallée du Rhône afin de découvrir un tout nouveau domaine de l’appellation Crozes-Hermitage, le Domaine des Louis. 2018 fut une année qui marquera la cave: ce fut son tout premier millésime ! Imaginez-vous !

Mais qui se cache derrière le Domaine des Louis? il s’agit de Julien Dreveton. A à peine 26 ans, il vient tout juste de créer sa cave.

Partons ensemble à la rencontre ce jeune vigneron, plein de courage et d’audace qui s’est lancé dans cette folle aventure. J’ai connu Julien sur les bancs de l’Université du Vin à Suze-la-Rousse et le revoilà maintenant à la tête de son propre domaine. Qu’a-t-il fait pour en arriver là? Quelles sont ses motivations? Nous allons le découvrir ensemble.

Le domaine se trouve en plein milieu des vignes, très facile de se rendre, à 5 min de la sortie d’autoroute de Tain-l’Hermitage en direction des portes du Soleil. Julien m’avait donné les indications avant de venir et c’est vrai c’est très facilement accessible. D’ailleurs, si vous souhaitez vous y rendre, la cave est ouverte tous les après-midi sur rendez-vous.

D’où vient son envie de se lancer et de créer son propre Domaine?

Enfant, Julien a toujours vu son père travailler ses vignes: son père gérait une exploitation dont les raisins partaient en cave coopérative. A l’adolescence, il occupait souvent ses étés à l’aider.

Cependant, son parcours n’était pas pour autant tout tracé! Il a d’abord fait une Licence en Gestion Marketing et Commerce International en Hôtellerie et Restauration. Mais le vin l’appelait et il a donc compléter sa formation par une Licence Commercialisation et Marketing du secteur Vitivinicole à l’Université du Vin à Suze-la-Rousse.

Sa passion pour le vin a grandi au fur et à mesure du temps. Julien a un joli parcours: il a travaillé dans de jolis domaines de la région. Il a fait ses armes au Château la Nerthe à Châteauneuf-du-Pape puis au Domaine Tourbillon à Lagnes dans le Lubèron dans la partie commercialisation.

Un jour son père lui a soufflé une idée qui a germé dans son esprit: se lancer et créer sa cave. Les fermages de vignes de son paternel arrivaient à leur terme dans deux ou trois ans. Julien aurait certainement attendu quelques années mais la durée de location est de 9 ans. Son choix était fait, le temps était venu.

De ce fait, il a entamé une formation agricole afin de pouvoir s’installer et créer le Domaine. Il a fait quelques saisons de vinifications chez Franck Faugier au Domaine des Hauts Chassis au sud de l’appellation Crozes-Hermitage. Puis a travaillé quelques années chez Chapoutier où il a pu se perfectionner à la dégustation. En parallèle, il s’activait à la création de son domaine. Durant ses temps libres, il oeuvrait dans les vignes: à planter, travailler les sols… Les premières vignes sont rentrées en production en septembre 2018, année de son premier millésime.

Quelle est l’origine du nom Domaine des Louis?

Et oui, trouver un nom n’est pas chose simple et évidente . Plein d’idées te viennent en tête mais comment choisir et en sélectionner une seule ?

Dans la Vallée du Rhône, beaucoup de vignerons ont mis leur nom et prénom mais cela ne convenait pas à Julien Dreveton. Il aurait pu choisir le nom du lieu-dit « Champs Ratiers » mais ça ne sonnait pas doux à l’oreille.
Le nom Domaine des Louis s’est finalement imposé à lui comme une évidence en hommage à ses deux arrières grands-pères. Le Domaine des Louis était né !

Les problèmes rencontrés?

La création d’un domaine de A à Z ne fut pas une mince affaire et Julien Dreveton l’a bien compris : beaucoup de bureaucraties lui ont barré la route !
Imaginez-vous la tête des banquiers quand vous leur annonçez: « Bonjour, j’ai 24ans et je souhaite monter ma cave ! » Il a beaucoup de mérite, vous ne trouvez pas? Mais Julien est un entrepreneur dans l’âme et un bon commercial. Il sait où il va et il a la tête sur les épaules.

Beaucoup de nuits n’ont pas été facile. Il y’a eu beaucoup de stress notamment avec les travaux sur le bâtiment de cave. Les délais ont parfois étaient très courts: il branchait l’électricité le vendredi et le samedi il attaquait les vendanges ! Une fois les vendanges terminées et le vin fini, on pourrait s’imaginer que la pression retombe mais il a dû faire face aux joies de l’administratif avec les douanes, quoi déclarer et à qui…

Ce sont de petites anecdotes que Julien Dreveton a partagées avec moi qui montrent à quel point cette aventure peut être angoissante. Il devra faire face à bien d’autres situations durant de sa longue carrière, en tout cas c’est tout le malheur que je lui souhaite. Mais il ne regrette rien et encourage les jeunes qui souhaitent se lancer de tenter leur chance.

Les étapes de la création?

La première des étapes a été son investissement dans la vigne. Il n’avait rien et il a dû tout créer. Il a racheté plusieurs terrains d’abricotiers à ses oncles et tantes afin de constituer son vignoble. La seconde étape a consisté à l’achat d’un vieil hangar familial afin d’aménager et de modeler sa cave comme il le souhaitait.

Ensuite, est venu le temps des choix marketing avec les étiquettes, la contre-étiquette, le logo, le format des cartons, de la bouteille… Il est parti de zéro dans le but de créer une image qui lui correspond.

Quand on voit ses étiquettes, on voit de la modernité tout en gardant un esprit rétro, j’adore ! Et vous?

Petite parenthèse: je voulais relancer le débat au niveau du bouchages des bouteilles. Aujourd’hui, énormément de types de bouchage existent: la vis, les bouchons synthétiques, en liége ou encore reconstitués, à chacun ses préférences. Là encore, Julien Dreveton affirme son penchant pour la modernité. Il a fait un choix original puisqu’il utilise Guala Seal Elite.

Si comme moi vous ne connaissiez pas. Il s’agit de bouchons italiens qui permettraient de faire respirer les vins tout en évitant le goût de bouchons. Ces bouchons synthétiques et technologiques auraient des qualités équivalentes aux bouchons liège. Ils ont donnés de bons résultats sur des vins vieillis pendant 5 ans. Il est constitué de trois parties: la partie en plastique rigide, la partie centrale qui permet une microoxygénation et la partie du bas nommé le bouclier qui ne permet aucune fuite du vin.

Julien a eu beaucoup de retour positif de ces collègues vignerons sur ce type de bouchage. L’avantage principal pour lui est que la première et la dernière bouteille goute pareil ! Après, comme je vous ai dit, le débat reste ouvert et les pro liège ne seront pas d’accord avec tout cela mais c’est une question de choix.

Maintenant place à la vente avec ces 4500 bouteilles produites pour ce premier millésime de Crozes-Hermitage rouge, les pistes de vente ne sont pas forcément compliquées au vue des quantités mais il cherche déjà à se positionner sur certains marchés. Au millésime suivant, il verra ses volumes triplés, et il a compris que les bases se construisent aujourd’hui. Des marchés à l’export s’ouvrent en Californie et dans le Bordelais…

La vigne?

Les vignes se situent autour du Domaine sur l’appellation Crozes-Hermitage. Les seuls cépages autorisaient par celle-ci sont la Syrah pour les vins rouge et la Rousanne et Marsanne pour les vins blancs.

Le vignoble de Julien Dreveton s’étend sur 5,5 hectares dont un hectare est consacré au blanc. Les vignes sont rentrées en production en septembre pour le millésime 2018. Comme je vous ai expliqué, il a constitué son vignoble sur des terrains exempt de vignes. De ce fait, il a pu planter comme il le souhaitait à 2,40 m à l’inter-rang et 80 cm sous le rang. Dans ses étapes, Julien a eu le soutien et les conseils de son père qui avait un recul sur ce travail.

Le seul inconvénient me diriez-vous: les vignes sont jeunes et n’ont que 3 ans mais là encore Julien a tout compris et propose une cuvée cohérente sur le fruit.

Sa première cuvée?

La première cuvée du Domaine des Louis est un Crozes-Hermitage rouge, plutôt léger en alcool à 12,5 degré. II s’exprime tout d’abord sur le fruit tel que la fraise et s’ouvre rapidement sur des arômes épicés. Il s’agit là d’un vin gourmand avec des tanins soyeux et délicat.

Julien est un garçon curieux qui n’a pas peur de faire des essais. Il a mis en bouteille 700 litres sans faire de filtration stérile à la mise. Mais Julien n’est pas fou et a sécurisé son travail pour la première année en filtrant le reste avec un filtre stérile.

Sa première cuvée de Syrah se voulait donc sur le fruit et il a tout juste !

Aujourd’hui ce qu’il ressent: Une certaine fierté !!

Qui ne serait pas fier de cet accomplissement mais cela lui a valu énormément de stress ! Peut-être, ce n’était là, la partie la plus facile ? Maintenant, il va falloir se créer une clientèle pérenne et faire face aux différents millésimes. Mais il pourra compter sur les précieux conseils de son père à la vigne et des vignerons de la région qui le soutiennent dans sa démarche.

C’est un véritable challenge et une aventure d’une vie pour ce jeune vigneron qu’est Julien Dreveton. Mais celui-ci est quelqu’un de réfléchi et plein d’ambition et comme on dit « La chance sourit aux audacieux » !

Adresse:
Domaine des Louis

580 Chemin Champs Ratiers
26600 Chanos-Curson

Instagram: @domaine_des_louis

MW